Économie





Le titre de Research in Motion(RIM-T) entame sa glissade sous les 20$

publié le 19 nov. 2011 à 11:42 par lebonforfait .com

Branchez-vous - mercredi 2 novembre 2011 à 8H30

    En plus de voir la forte impulsion des appareils basés sur le système d'exploitation Android faire fondre les parts de marché des téléphones intelligents BlackBerry aux États-Unis, les actionnaires de Research in Motion voient leur investissement perdre des plumes au rythme de la glissade de la Bourse de Toronto.


Lundi, le 1er novembre, le titre boursier (RIM-T) a clôturé à 19,65$, en baisse de 2,53%, établissant même un creux annuel de 19,30$ en cours de séance. Le 18 février dernier, le dit titre se transigeait pourtant à 69,30$.

Michael Holt, CFA et analyste auprès de la firme Morningstar, considère la juste valeur marchande du titre boursier à 27,00$, demeurant sceptique sur la capacité de Research in Motion à revigorer ses lignes de produits par le biais de nouveaux lancements. M. Holt préfère ainsi utiliser un modèle financier tenant compte d'un déclin perpétuel des revenus et d'une compression des marges bénéficiaires.

Les résultats présentés au deuxième trimestre traduisent bien les difficultés du groupe canadien face à la concurrence, malgré une rentabilité qui demeure bien présente actuellement.

par Dominique Lamy

Le Groupe TVA essuie une perte

publié le 19 nov. 2011 à 11:38 par lebonforfait .com


LA PRESSE CANADIENNE . les affaires.com . 02-11-2011 (modifié le 02-11-2011 à 16:58)

    Le Groupe TVA (TSX:TVA.B) a essuyé une perte nette au troisième trimestre en raison d'une baisse des revenus et des coûts liés au lancement de trois nouveaux canaux, dont TVA Sports.

La perte nette s'est établie à 2,9 millions $ au cours de la période qui a pris fin le 30 septembre. Au cours du même trimestre de l'an dernier, l'entreprise montréalaise avait dégagé des profits nets de 5,3 millions $.

Le chiffre d'affaires a totalisé 89,2 millions $, en baisse de 5,4 pour cent. Les revenus du Réseau TVA ont reculé de 3,3 pour cent alors que ceux de TVA Films ont plongé de 60,4 pour cent.

Les charges ont progressé de 6,4 pour cent pour atteindre 86,3 millions $ en raison principalement des coûts découlant du lancement des canaux TVA Sports, Mlle et Sun News.

Le secteur de l'édition a toutefois réduit ses dépenses, ce qui a permis une amélioration de son bénéfice d'exploitation en dépit d'une baisse des revenus.

L'action du Groupe TVA a clôturé à 10,01 $ mercredi, en baisse de 1,8 pour cent, à la Bourse de Toronto.

Samsung devient premier vendeur mondial de smartphones

publié le 2 nov. 2011 à 19:22 par lebonforfait .com

Publié sur L'Informaticien - par Emilien Ercolani, le 31 octobre 2011

    Sur la période de juillet à septembre, Samsung a vendu 27,8 millions de smartphones dans le monde. Le constructeur devient ainsi le premier vendeur mondial devant Apple et les autres.

Si Apple domine en maître le marché des tablettes Internet, ce n’est plus le cas pour les smartphones. Le constructeur à la pomme a été dépassé par Samsung sur le troisième trimestre 2011, de juillet à septembre.

C’est en tout cas ce que rapporte Strategy Analytics, qui accorde au constructeur coréen 23,8% des ventes en volume sur le troisième trimestre, avec 27,8 millions de smartphones vendus (contre 7,5 millions sur la même période de 2010). Samsung doit son succès à Android et aux très bonnes performances de ses Galaxy S et S2 qui se vendent comme des petits pains.



Sur la même période de l’année 2010, 81 millions d’unités avaient été écoulées, contre 117 millions sur 2011. Apple a quant à lui écoulé 17,1 millions d’iPhone au 3ème trimestre 2011, contre 14,1 millions l’année dernière. Pourtant, la part de marché du constructeur à la pomme est passée de 17,4% en 2010 à 14,6%.

Pour Nokia, la chute attendue est bien là : une part de marché qui chute de 32,7% à 14,4% ! En nombre d’unités, toujours sur la même période, le constructeur européen passe de 26,5 millions à 16,8. Reste à voir si le partenariat avec Windows va inverser la donne, ou non.

Cogeco fait bondir ses profits de 72%

publié le 2 nov. 2011 à 19:06 par lebonforfait .com

Publié sur Argent - le 27 octobre 2011 | 07h58

Le bénéfice de Cogeco (CGO) a bondi de 71% au quatrième trimestre, à la faveur d'une hausse de plus de 12% de ses revenus.

Louis Audet, président et chef de la direction de Cogeco, lors du lancement de Radio circulation 730, en septembre à Montréal.

Le conglomérat a inscrit des profits nets de 21M$ ou 1,26$ par action pour le trimestre complété à la fin d'août, ce qui représente un bond de 71,8% sur les profits de 12,3M$ ou 0,73$ par action au trimestre correspondant l'année précédente.

Les revenus de la société montréalaise se sont accrus de 12,5% pour atteindre 375,4M$.

Les revenus d'exploitation tirés de la filiale de câblodistribution Cogeco Câble ont augmenté de 25,8M$ ou 8%, tandis que les revenus générés par des activités de radiodiffusion ont grimpé de 15,9M$.

Cogeco a aussi annoncé qu'elle relevait son dividende trimestriel, qui passe de 14 cents à 18 cents par action. Le dividende plus élevé sera versé le 23 novembre prochain aux actionnaires inscrits en date du 9 novembre.

Les profits de Rogers stimulés par les médias

publié le 27 oct. 2011 à 19:13 par lebonforfait .com   [ mis à jour : 27 oct. 2011 à 19:16 ]

Publié sur Argent - 26 octobre 2011 | 09h43

     Rogers Communications (RCI.B) a dévoilé des profits nets en forte hausse au troisième trimestre, mais ses profits ajustés n'ont que légèrement augmenté.

(Photo: Reuters)

Le bénéfice net du géant canadien des télécoms s'est élevé à 491M$ ou 0,87$ par action pour les trois mois terminés à la fin de septembre, comparativement à 380M$ ou 0,66$ par action une année plus tôt.

Les profits ajustés ont été de 485M$ ou 0,89$ par action, ce qui représente une faible hausse par rapport à 479M$ ou 0,83$ par action l'an dernier.

La société a indiqué que les profits d'exploitation de la division de la câblodistribution sont demeurés à peu près stables, alors que ceux de la division des médias ont augmenté de 38% au cours du trimestre.

Le bénéfice de ses activités du sans fil a reculé de 1% à 815M$ en raison des coûts liés à la vente record de nouveaux téléphones intelligents et d'autres facteurs.

Les revenus d'exploitation de la société propriétaire des Blue Jays de Toronto ont augmenté de 1% pour s'établir à 3,15G$.

Astral augmente son bénéfice net de 8%

publié le 27 oct. 2011 à 19:02 par lebonforfait .com

Publié sur les affaires.com - Stéphane ROLLAND - le 25/10/2011

chapeau    Les profits d’Astral ont dépassé les attentes au quatrième trimestre terminé le 31 août. Le bénéfice net est en hausse de 8% par rapport à la même période l’an dernier.

Le profit par action s’établit à 85 cents. Les analystes interrogés par Bloomberg anticipaient un profit de 81 cents.

Dans une note diffusée immédiatement après le dévoilement des résultats, Tim Casey, analyste deBMO Marchés des capitaux, indique que la surperformance d’Astral s’explique par un taux d’imposition moins élevé.

Le BAIIA augmente de 6% à 77,4 millions. Le bénéfice net augmente de 8% à 47,8 millions.

Les revenus, quant à eux, manquent la cible. Ceux-ci ont augmenté de 4% par rapport à la période précédente à 247,6 millions. C’est moins que les 250,7 millions anticipés par les analystes. La société a souligné qu’elle a enregistré des revenus de plus de 1 milliard pour l’exercice 2011, une première.

Le pdg, Ian Greenberg, a rappelé qu’il s’agissait du quinzième exercice de croissance consécutif pourAstral. «Nous entrons maintenant dans une conjoncture économique et du marché publicitaire qui comporte certains défis et maintenons notre engagement à faire preuve de la même discipline et à accorder autant d'importance à l'optimisation des coûts, facteurs qui ont contribué à notre succès par le passé», affirme-t-il dans un communiqué.

Les revenus sont en croissance dans les trois divisions de la société : télévision, radio et affichage. L’affichage connaît la plus forte croissance, soit 18% pour les revenus et 13% pour le BAIIA. Les revenus de la télévision et de la radio ont connu une croissance de 3% et 1%, respectivement. Le BAII de la télévision monte de 4% et celui de la radio progresse de 6%.

Astral a profité du dévoilement de ses résultats pour annoncer l’obtention d’une nouvelle convention de crédit renouvelable de 700 millions. Une clause permet d’ajouter 300 millions à cette somme.

La convention remplace le présent crédit renouvelable de 100 millions. Des 700 millions accordés, 532 millions serviront au remboursement d’un prêt arrivé à échéance en octobre 2012.

Les facilités de crédit sont fournies par un syndicat financier formé de banques dirigées par la Banque Nationale, RBC Marchés des Capitaux et la Banque de Montréal.

Vers 13h15, l’action d’Astral perd 0,14% à 35,24$.

Cogeco Câble défie la morosité boursière

publié le 27 oct. 2011 à 18:57 par lebonforfait .com

Publié sur les affaires.com - Dominique Beauchamp - le 18/10/2011

    Le quatrième câblodistributeur au pays fait un pied de nez aux marchés cette année avec un gain de 18,7 % depuis le début de 2011, par rapport à la chute de 11,7 % de l’indice S&P/TSX.

Le titre de COGECO Câble s’est permis un nouveau sommet annuel, à 49,90 $, le 17 octobre, à un moment où la crise de dette en Europe, le ralentissement chinois et la fragilité de l’économie américaine gardent les investisseurs sur les dents.

L’action de COGECO Câble a surpassé l’indice torontois de 30 %, depuis neuf mois et demi. Ce genre de surperformance peut parfois s’essoufler, sans avertissement. D'ailleurs, Maher Yaghi, de Valeurs mobilières Desjardins, recommande désormais de conserver le titre de COGECO Cäble, car il a déjà atteint sa cible de 48 $.

" Je vois mal comment COGECO Câble peut s'apprécier davantage étant donné le contexte incertain et les risques qui planent encore sur l'entreprise ", dit pour sa part Vince Valentini, de Valeurs mobilières TD.

Une telle performance peut s’expliquer par le jeu des gestionnaires de portefeuille, qui doivent être pleinement investis en tout temps, et choisir des titres susceptibles de mieux faire que la Bourse à court terme, auquel on compare leurs rendements, à tous les trimestres.

Un titre sans histoire

Dans l’environnement actuel, COGECO Câble fait partie de ces titres peu tributaires de la conjoncture économique.

L’entreprise augmente ses tarifs de câble au Canada, ainsi que le nombre d’abonnés à ses services Internet et de téléphonie.

Seulement 67 % des clients à son service de câble de base se prévalent de son service Internet, par rapport à des taux de pénétration de 74 % pour Rogers, de 81 % pour Shaw et de 70 % pour Vidéotron.

En théorie, ce retard lui confère plus de potentiel de croissance, fait valoir Dvai Ghose, analyste chezCanaccord Genuity.

De plus, contrairement au deuxième câblodistributeur Shaw Communications, qui affronte le service de télévision Optik de Telus dans l'Ouest, COGECO Câble ne subit pas pour l’instant la concurrence directe du service de télé Bell Fibe, dans les territoires de ses réseaux, explique M. Ghose.

N’offrant pas de service sans-fil, COGECO Câble ne subit pas non plus l’effet de la concurrence vive entre Bell, Telus et Rogers et les nouveaux fournisseurs sans-fil tels que Vidéotron, Public Mobile, Wind Mobile, explique pour sa part Greg MacDonald, analyste chez Macquarie Research Capital.

« Essentiellement, son action était peu chère et ses résultats trimestriels présentent peu de risque de mauvaises surprises », indique de son côté Tim Casey, de BMO Marchés des capitaux.

Cogeco Câble dévoilera ses résultats annuels le 27 octobre. Cinq analystes prévoient en moyenne un bénéfice de 0,92 $ par action au quatrième trimestre, terminé le 31 août, soit 9 % de plus qu'il y a un an.

M. Yaghi est plus prudent. Il prévoit un bénéfice de 0,87 $ par action. " Les investisseurs surveilleront surtout si COGECO Câble maintiendra ses objectifs financiers pour 2012 ", dit-il.

Pour 2012, la société a déjà indiqué qu’elle haussera ses revenus de 4,4 % en 2012 et son bénéfice d’exploitation de 6,4 %. Ses flux de trésorerie excédentaires devraient passer de 70 à 95 millions de dollars entre 2011 et 2012.

Rappelons que COGECO Cäble a augmenté son dividende de 18 % le 7 juillet, une neuvième hausse depuis novembre 2004.

Les ambitions européennes en berne

Certains investisseurs font aussi peut-être le pari que la crise en Europe refroidira les ambitions d’acquisition de COGECO Câble sur le vieux continent pour un bon moment, avance M. Valentini.

Cogeco Câble a déjà dévalué son câblodistributeur portuguais Cabovisao, qu'elle avait acquis au coût de 658 millions de dollars, en 2006.

« Le titre de COGECO Câble se négocie peu, ce qui fait qu’un acheteur marginal peut faire monter le titre en achetant peu d’actions », explique aussi M. MacDonald.

La montée de l’action de COGECO rapproche son cours des cours-cibles des analystes. Les plus optimistes ont des cours-cibles de 55 $, pour un gain potentiel d'encore 12 %.

Vidéotron nommée «Brand of the Year 2011»

publié le 27 oct. 2011 à 18:38 par lebonforfait .com   [ mis à jour : 27 oct. 2011 à 18:39 ]

Publié sur Argent le 14/10/2011

    En raison du positionnement remarquable de sa marque dans un marché hautement compétitif, Vidéotron s'est vu décerner le titre de « Brand of the Year 2011 » par le magazine «Strategy Magazine» dans son édition d'octobre.

Pierre Karl Péladeau, pdg de Quebecor, et Robert Despatie, pdg de Vidéotron. (Photo: Agence QMI)

    L'équipe éditoriale de la publication spécialisée de l'industrie canadienne du marketing a été séduite par a croissance exceptionnelle de la marque et l'entrée réussie de la filiale de Quebecor Media sur le marché de la téléphonie mobile .

    «Strategy Magazine» insiste sur le fait que la gestion de la marque chez Vidéotron dépasse les limites du simple marketing publicitaire, alors que l'entreprise jouit d'un taux de satisfaction de la clientèle de plus de 97%.

    Le magazine cite en exemple les campagnes novatrices, telles que La fin du temps est proche (lancement du 3G) et les appels mystères aux employés (déménagement 2011), ainsi que l'ouverture d'un magasin-phare à Montréal, qui ont créé un lien direct avec les clients.

    «Nous sommes fiers d'obtenir le titre de 'Brand of the Year 2011' puisque la gestion de notre marque repose avant tout sur notre mission, qui consiste à offrir la meilleure expérience client et à assurer la tenue de nos promesses», a indiqué le vice-président Marque de Vidéotron, Claude Foisy.

    Le «Strategy Magazine» est déjà disponible en kiosque. Il est également possible de le consulter à l'adresse www.strategyonline.ca/2011/10/05/2011-brands-of-the-year/.

ST-Ericsson affiche des résultats encore en berne

publié le 24 oct. 2011 à 19:01 par lebonforfait .com

par Emilien Ercolani, le 21 octobre 2011 12:08

La filiale commune entre STMicroelectronics et Ericsson, ST-Ericsson, ne va pas vraiment mieux, affiche des résultats en baisse, et de nouvelles pertes sur le troisième trimestre. 

ST-Ericsson a du mal à sortir de la mauvaise passe dans laquelle il se trouve. Le chiffre d’affaires du troisième trimestre 2011 ne rassure pas et inquiète même : avec 412 millions de dollars, il est largement inférieur au 565 millions affichés l’année dernière à la même période (soit -27%). Toutefois, il est en augmentation par rapport au deuxième trimestre 2011, pour lequel le CA atteignait 385 millions de dollars. 

Le fabricant de puces annonce donc une perte nette trimestrielle de 211 millions de dollars sur ce troisième trimestre. Cette situation est explicable car l’entreprise est encore en pleine réorganisation, et poursuit sa phase de transition vers une industrie tournée vers les composants pour la mobilité. 

« Nos performances financières continuent d'être tendues, mais en plus de la croissance des ventes de nos nouveaux produits, nous sommes en mesure de réaliser les réductions de coûts présentées au mois de juin dernier et nous continuons de faire des progrès dans notre organisation afin d'améliorer notre efficacité », explique Gilles Delfassy, le directeur général.

Pour l’avenir, ST-Ericsson se rassure avec des futures plateformes de nouvelle génération, qui devraient tirer les profits vers le haut, grâce à l’explosion des smartphones, des tablettes et des appareils mobiles en général. Mais la bataille sera rude, car la concurrence est acerbe. ST-Ericsson tente par exemple de renouer les liens avec Nokia, qui travaille avec Qualcomm pour les mobiles qui seront annoncés très prochainement. En revanche, le travail effectué avec HTC, qui lance son modèle Sensation Z710t sur le marché chinois, équipé avec la technologie 3G chinoise TD-SCDMA, est une valeur ajoutée qui pourrait rapporter gros, même si sur ce terrain aussi la concurrence sera rude. 

Source : GNT 

1-9 of 9