Techno


L' xpPhone 2 arrive !!

publié le 2 nov. 2011 à 19:17 par lebonforfait .com

Publié sur le Journal du Geek - Ben - le 31/10/2011

    Surprise : ITG va propose d’ici peu une seconde version de son xpPhone. Simplement nomméexpPhone 2, elle proposera un clavier slider QWERTY, un processeur Intel Atom Z530 cadencé à 1.6GHz, 2Go de RAM, jusqu’à 112Go de SSD, un écran tactile de 4.3″, le tout dans des dimensions de 140mm x 73mm x 17.5mm. On évoque aussi une batterie capable de tenir la charge jusqu’à 18h en appel et 46 jours en stand-by. Aussi, le mobile devrait embarquer au choix Windows 7 ou Windows 8. C’est ce qu’on appele un pari, dans le milieu…

Sortie prévue en janvier 2012.






Siri fonctionnant parfaitement sur l’iPhone 4 !

publié le 30 oct. 2011 à 18:56 par lebonforfait .com

Publié sur Gizmodo.fr par Rénald - le 30/10/2011

    

    Le développeur d’applis Steve Troughton-Smith a déjà effectué le hack de Siri sur l’iPhone 4 mais il démontre désormais qu’il est entièrement fonctionnel (« à 100% ») et l’a également étendu à la quatrième génération d’iPod Touch.

Pour arriver à ses fins, Troughton-Smith aidé du développeur Cydia, Grant Paul, utilisent un iPhone 4S jailbreaké et récupèrent les fichiers nécessaires et le jeton afin de duper les serveurs d’Apple.

Et cette fois-ci, le hack permet de faire fonctionner Siri exactement comme sur un iPhone 4S (voir vidéo ci-dessous). Aucun ralentissement n’est à déplorer.

Le hack nécessite tout de même 20 étapes. Troughton-Smith donnera les détails de la manipulation quand tout sera parfaitement « nettoyé ». Mais il ne compte pas le poster sur Cydia pour des raisons légales. Probablement que d’autres s’en chargeront à sa place.

Si sur l’iPod Touch, le microphone ne semble toutefois pas adapté pour faire fonctionner correctement Siri, sur l’iPhone 4, il peut donc parfaitement tourner.

Se repose donc la question de son absence officielle sur l’iPhone 4. Manque de ressources pour effectuer le portage ou bien stratégie visant à différencier des produits relativement similaires et à pousser à l’achat de l’iPhone 4S… ?

Ce genre de hack a au moins le mérite d’informer les consommateurs et en particulier les possesseurs d’iPhone 4 quelque peu floués avec l’absence de Siri sur leur modèle d’iPhone.

Siri sur iPhone 4 !


Le Nexus One ne goûtera pas au dessert glacé de Google

publié le 27 oct. 2011 à 19:05 par lebonforfait .com

Publié sur Gizmodo.fr - Rénald - le 26/10/2011

Bénéficiera ou sera laissé sur le carreau ? C’est la question que se posent désormais tous ceux qui possèdent un smartphone Android au sujet d’une éventuelle mise à jour vers Ice Cream Sandwich. Et Google vient de désavouer le Nexus One.


Le Nexus S aura droit à une mise à jour Ice Cream Sandwich. Mais son prédécesseur n’y aura pas droit. La firme de Mountain View explique par la voix d’Hugo Barra, le responsable d’Android, que le hardware du Nexus One est trop ancien pour le faire tourner.

Le Nexus One date de janvier 2010. Et si le Nexus S et le Galaxy Nexus ont été fabriqués par Samsung, le premier Nexus est un smartphone issu des chaînes de production du taïwanais HTC. Il fut lancé avec Android 2.1 mais tourner désormais sous Gingerbread.

[telegraph]

Galaxy Nexus : Le dernier de Google

publié le 23 oct. 2011 à 18:13 par lebonforfait .com

Publié par Maxime Johnson le 18 octobre 2011

Après une succession de rumeurs pendant plusieurs mois, Google et Samsung ont finalement présenté ce soir à Hong-Kong leur nouveau téléphone-phare Android, le Galaxy Nexus – connu jusqu’ici sous le nom de Nexus Prime -, qui sera le premier téléphone équipé de la toute nouvelle version du système d’exploitation de Google, Android 4.0 Ice Cream Sandwich.

Parmi les nouveautés du système d’exploitation de Google, notons que celui-ci offre notamment la possibilité de déverrouiller son téléphone à l’aide de la reconnaissance faciale, et que son interface a été complètement revue et qu’elle intègre désormais des éléments d’Android Gingerbread et d’Android Honeycomb.

Depuis le début 2010, Google conçoit une fois par année avec un fabricant trié sur le volet un appareil de la gamme Nexus (le Nexus One par HTC a été lancé en janvier 2010, et le Nexus S par Samsung a été lancé en décembre 2010).

Les téléphones Nexus sont un moyen pour Google d’encourager les fabricants à se dépasser en leur offrant l’exclusivité – pour une courte période – de leur nouveau système d’exploitation.

Les propriétaires de Nexus conservent également quelques avantages une fois que le système devient disponible pour tous les fabricants, puisqu’ils sont généralement les premiers à recevoir les mises à jour de Google par la suite. Ceux-ci peuvent aussi profiter d’une version «nature» d’Android, telle que conçue par Google, ce qui en fait donc les téléphones de choix pour les amateurs du système.

Caractéristiques du Galaxy Nexus

Tel que prévu, le Galaxy Nexus est équipé d’un très grand écran Super AMOLED recourbé (qui diminue les reflets tout en améliorant la prise en main) de 4,65 pouces avec une résolution de 720p (1,280 x 720), d’un processeur TI OMAP double cœur de 1,2 GHz, de 1 Go de RAM, d’une capacité interne de 16 ou 32 Go et de deux appareils photo numériques, dont un frontal de 1,3 mégapixel et un de cinq mégapixels à l’arrière.

Détail intéressant, celui-ci n’offre aucun bouton à l’avant de l’appareil, puisqu’Android Ice Cream Sandwich intègre des boutons logiciels directement dans l’écran, un peu comme le fait Android Honeycomb (la version du système d’exploitation pour les tablettes).

Notons aussi que le téléphone sera offert avec une connectivité HSPA+ ou LTE, selon les régions et les opérateurs, et qu’il devrait fonctionner chez tous les opérateurs au Québec, incluant Vidéotron.

Côté caractéristiques physiques, le Galaxy Nexus offre une épaisseur de 8.94 mm (pour le modèle HSPA+) et un poids de 135g. Sa pile est pour sa part de 1750 mAh.

Super écran
Si le Galaxy Nexus offre généralement des caractéristiques assez semblables à celles des autres gros téléphones Android de la fin 2011 (comme le Motorola RAZR annoncé ce matin), celui-ci les devance toutefois clairement par son écran, qui offre à la fois une grande taille et une excellente résolution.

À titre indicatif, le nouveau HTC Sensation XL offre également un écran de 4,7 pouces, mais sa résolution est pour sa part beaucoup moins intéressante, à seulement 480 par 800 pixels.

Cinq mégapixels? 

Si on aime généralement les caractéristiques du Galaxy Nexus, on se demande toutefois bien pourquoi Samsung a choisi d’économiser sur le capteur de son appareil photo numérique, qui n’est que de 5 mégapixels.

Certes, le capteur n’est clairement pas la seule chose qui compte dans un appareil photo numérique, et certains capteurs de 8 mégapixels prennent d’horribles images, mais les meilleurs appareils photos numériques de téléphone sur le marché offrent tous plus de mégapixels.

Évidemment, nous allons donner la chance au coureur, et il faudra attendre la sortie du téléphone avant de se prononcer sur la qualité de sa caméra.

NFC 
Parmi les autres caractéristiques du Galaxy Nexus, notons la présence d’une puce NFC (Near Field Communications, ou communication en champ proche).

La technologie NFC permet d’établir rapidement une connexion entre un téléphone et un autre téléphone, entre un téléphone et un récepteur (comme ceux utilisés par Visa et MasterCard pour leurs cartes PayWave et PayPass) ou entre un téléphone et une étiquette intelligente, qu’il est possible d’installer dans une affiche, ou même dans une carte professionnelle.

Parmi les possibilités de la technologie NFC (utilisée par Google avec son service Google Wallet), notons l’affichage intelligent et le paiement par téléphone.

Certaines fonctionnalités NFC ont aussi été intégrées dans Android (sous le nom d’Android Beam), pour partager par exemple une page Web entre deux téléphones simplement en les collant ensembles.

Android 4.0 Ice Cream Sandwich

L’autre grande force du Galaxy Nexus est évidemment son système d’exploitation, qui sera offert en exclusivité sur cet appareil pour un certain temps.



Un système pour les contrôler tous 

Depuis un an, Google offre deux différentes versions d’Android: Android 3.0 Honeycomb pour les tablettes, et Android Gingerbread 2.3 pour les téléphones.

Android 4.0 Ice Cream Sandwich permet finalement d’unifier les deux systèmes, ce qui devrait notamment simplifier la vie des développeurs d’applications.

L’interface d’Android 4.0 est un amalgame entre les deux versions d’Android existantes, avec par exemple les boutons au bas de l’écran qui rappellent clairement Android Honeycomb, mais l’écran d’accueil qui rappelle pour sa part beaucoup plus Android Gingerbread.



Parmi les éléments fusionnés des deux systèmes, on peut noter aussi l’interface pour afficher les vignettes des applications ouvertes, l’interface pour l’ajout de widgets et la nouvelle barre de notifications, trois éléments directement adaptés d’Android Honeycomb. Les widgets Honeycomb de Google ont également été adaptés pour Ice Cream Sandwich.

Request Desktop Site
Parmi les nouveautés d’Android Ice Cream Sandwich, une m’a particulièrement intéressée, la possibilité de forcer son navigateur Web à afficher les pages Web régulières, et non les pages Web pour téléphones cellulaires.

Souvent, certaines compagnies pensent vous aider en offrant une version adaptée de leur site aux cellulaires, mais ceux-ci fonctionnent généralement assez mal, et il n’est pas toujours possible de forcer une page à s’afficher en version pour ordinateur de bureau.

Plusieurs petites nouveautés
L’une des grandes « petites » nouveautés d’Android Ice Cream Sandwich est la possibilité de prendre des captures d’écrans, comme c’est possible de le faire sur l’iPhone. Voilà qui devrait particulièrement me simplifier la vie pour mes critiques!

Parmi les autres nouveautés intéressantes, notons la possibilité de rechercher hors-ligne dans son compte Gmail (par défaut, il est possible de rechercher dans les 30 derniers jours, mais il est possible d’adapter cette durée), et la possibilité de mieux contrôler sa consommation de données, en identifiant la consommation de chacune de ses applications, et en estimant combien de données auront été consommées d’ici la fin du mois.






Parmi les autres nouveautés d’Android Ice Cream Sandwich, le logiciel de l’appareil photo numérique a été revu. Celui-ci peut désormais être lancé (rapidement!) depuis l’écran d’accueil, il offre de nouveaux paramétrages. Un éditeur de photos a également été ajouté par défaut à Android 4.0.

Google a aussi dévoilé la nouvelle application People App, qui s’inspire drôlement de Windows Phone 7.

Notons aussi qu’Android Ice Cream Sandwich est offert avec la fonctionnalité Face Unlock, qui permet de débloquer son téléphone à l’aide de la reconnaissance faciale.

Android profite également d’une nouvelle police de caractère, Roboto, développée spécialement pour l’occasion.

Disponibilité au Canada 
La date de lancement du Galaxy Nexus (aussi parfois appelé Samsung Galaxy Nexus et Google Galaxy Nexus) au Canada n’a pas encore été confirmée, mais Samsung Canada a confirmé dans un courriel envoyé hier aux médias canadiens que l’appareil serait bel et bien lancé au Canada «prochainement». L’appareil sera lancé aux États-Unis dès le mois de novembre.

Rappelons toutefois que le dernier téléphone Nexus, le Nexus S, avait été lancé au Canada chez à peu près tous les opérateurs en avril dernier, près de 4 mois après son lancement aux États-Unis.

Ice Cream Sandwich sur le Nexus S
Bonne nouvelle pour ceux qui possèdent l’ancien téléphone Nexus de Google, le Nexus S (offert au Québec chez la plupart des opérateurs, dont Telus, Rogers, Fido, Bell et Vidéotron), Engadget a appris que l’appareil devrait rapidement recevoir une mise à jour gratuite vers Android 4.0 Ice Cream Sandwich.

En fait, tous les téléphones Android 2.3 peuvent théoriquement recevoir la mise à jour.

Ice Cream Sandwich sur le Samsung Galaxy SII
Samsung Canada m’avait d’ailleurs confirmé cet été que son Samsung Galaxy SII serait éventuellement mis à jour vers Android Ice Cream Sandwich (incluant les Samsung Galaxy SII LTE et Samsung Galaxy SII X).

Mobilité: un excellent départ pour Vidéotron

publié le 30 avr. 2011 à 11:36 par lebonforfait .com   [ mis à jour : 23 oct. 2011 à 15:50 ]

Publié par Maxime Johnson le 26 avril 2011

L’Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS) a dévoilé hier le portrait de la téléphonie mobile au Canada en 2010. En analysant les données d’un peu plus près, une conclusion m’apparait évidente: le réseau sans fil de Vidéotron connaît un excellent début!

Comme je l’expliquais dans un billet précédent, Vidéotron est bien loin d’avoir obtenu autant de nouveaux abonnements que Bell, Rogers et Telus en 2010, ce qui est toutefois tout à fait normal, considérant que son réseau n’a été lancé qu’en septembre l’année dernière, et que l’opérateur ne dessert qu’une partie du territoire québécois.

En analysant les données de l’ACTS d’un peu plus près, il appert toutefois que – toutes proportions gardées – les premiers résultats de la filiale de Quebecor sont carrément excellents.

Voici pourquoi:

Le réseau de Vidéotron est maintenant accessible par 4 millions de Québécois, selon ce que la compagnie a affirmé dans un communiqué le 21 avril dernier. Ce chiffre était certainement plus petit en 2010, mais pour les besoins de la démonstration, prenons pour acquis que le réseau était disponible pour ces quatre millions de personnes dès le lancement.

D’octobre à décembre 2010 (le seul trimestre entier où le réseau 3G de Vidéotron était en fonction), Vidéotron a obtenu 70 700 nouveaux abonnements, contre 119 000 pour Telus, 123 000 pour Rogers et 116 782 pour Bell Mobilité (et leurs filiales).

Les réseaux de Telus, Rogers et Bell couvrent au moins 93% de la population canadienne. En considérant que Statistique Canada estime la population canadienne en 2010 à 34 238 000 habitants, on peut estimer que les trois principaux opérateurs canadiens touchent potentiellement 31 841 340 personnes chacun.

Si on ajuste les nouveaux abonnements pendant le dernier trimestre de 2010 à une population de 4 millions, on obtient donc 14 671 nouveaux abonnements pour Bell, 15 452 pour Rogers et 14 950 pour Telus.

En tout, on peut donc estimer que les trois opérateurs combinés (et leurs filiales) auraient obtenus 45 073 nouveaux abonnements sur un territoire équivalent à celui desservi par Vidéotron, contre 70 700 pour la compagnie québécoise.

Il s’agit d’une différence énorme, surtout que cette estimation est conservatrice et que la différence est en réalité probablement plus marquée encore, puisque le réseau de Vidéotron ne desservait même pas 4 millions de personnes en 2010, et que les réseaux de Bell et Telus couvrent plutôt 96% et 95% de la population canadienne respectivement à l’heure actuelle.

Évidemment, il faut prendre tout ceci avec un grain de sel, puisque ce ne sont que des estimations, mais tout semble indiquer qu’il s’agit d’un excellent départ pour le réseau mobile de Vidéotron.

(texte également publié sur BRANCHEZ-VOUS!)


Le câblodistributeur Shaw...

publié le 17 avr. 2011 à 06:06 par lebonforfait .com

Le câblodistributeur Shaw retarde encore, le début de son service sans fil

LA PRESSE CANADIENNE . les affaires.com . 14-04-2011

Le câblodistributeur Shaw Communications reporte de nouveau le lancement de son service sans fil, après avoir annoncé un premier délai il y a à peine trois mois.

Le chef de la direction de Shaw, Brad Shaw, a affirmé mercredi à des analystes que la compagnie avait décidé de faire une pause avant d'offrir des services de télécommunications sans fil en raison des changements technologiques, de l'évolution des préférences des consommateurs et d'une concurrence accrue.

En janvier, Shaw avait déjà annoncé le report d'environ trois mois, jusqu'en 2012, du lancement de son service sans fil. La compagnie avait expliqué sa décision par la rapide évolution de la technologie sans fil et de la conjoncture du marché.

Un certain nombre de nouveaux joueurs ont fait leur entrée sur le marché canadien du sans-fil, l'an dernier. Du même coup, ils ont accru la concurrence et diminué les marges bénéficiaires des traditionnelles entreprises dominantes du secteur - Rogers Communications, Bell Mobilité et Telus.

Mercredi, Shaw a annoncé avoir enregistré au deuxième trimestre une hausse de 20,6 pour cent de son bénéfice net, qui a atteint 167,3 millions $, ou 37 cents par action. Ce résultat est conforme aux prévisions des analystes approchés par Thomson Reuters et supérieur au bénéfice net de 138,7 millions $, ou 32 cents par action, réalisé lors de la même période en 2010.

Les actions de Shaw Communications ont terminé la séance de mercredi à 19,80 $ à la Bourse de Toronto, en baisse de 69,3 cents, ou un peu plus de trois pour cent, par rapport à leur précédent cours de clôture.

Test du Google Nexus S

publié le 17 avr. 2011 à 05:50 par lebonforfait .com   [ mis à jour : 23 oct. 2011 à 15:50 ]

Test du Google Nexus S (Vidéotron, Telus, Rogers, Fido, Bell…)
Publié par Maxime Johnson le 7 avril 2011 - Le test complet ici

Le Google Nexus S est un téléphone intelligent hors de l’ordinaire, fabriqué par Samsung d’après les directives de Google et équipé de la toute dernière version du système d’exploitation Android. Cet appareil haut de gamme devrait connaître un bon succès au Canada, ne serait-ce parce qu’il est offert depuis aujourd’hui par l’ensemble des opérateurs mobiles ou presque. Critique.

Le Google Nexus S se démarque des autres téléphones Android de plusieurs façons. Il est débloqué, vous pourrez donc y insérer une carte SIM de n’importe quel opérateur, il est le premier appareil Android équipé d’une puce NFC, une technologie qui devrait éventuellement permettre de payer dans les magasins avec son téléphone, et, surtout, Google gère directement ses mises à jour, ce qui lui assure d’avoir toujours la dernière version d’Android disponible (Gingerbread 2.3.3 au moment d’écrire ces lignes).

Pour toutes ces raisons, Google Nexus S est un choix intéressant pour quelqu’un à la recherche d’un nouveau téléphone intelligent Android, et ce, même s’il n’a pas la puissance d’appareils plus récents comme le Motorola Atrix.

Vidéotron: de 3G+ à 4G

publié le 10 mars 2011 à 08:49 par lebonforfait .com   [ mis à jour : 23 oct. 2011 à 15:51 ]

Vidéotron: de 3G+ à 4G

Publié par Maxime Johnson le 9 mars 2011

Après Telus et Bell, c’est maintenant au tour de Vidéotron de désormais considérer son réseau 3G+ comme un réseau 4G, selon ce qu’affirme la compagnie dans un communiqué de presse envoyé ce matin et intitulé «Le réseau 4G de Vidéotron : le plus interconnecté à la fibre optique au Québec».

Rappelons que les opérateurs américains ont parti cette tendance de renommer leurs réseaux 3G+ en réseau 4G il y a quelques mois déjà, une décision à laquelle l’International Telecommunications Union (ITU) s’était pliée, même si l’organisme prônait plutôt jusqu’ici qu’un réseau 4G devait notamment avoir des vitesses allant jusqu’à plus de 100 Mbit/s et des temps de latence drastiquement améliorés.

Si le Canada avait été épargnée par cette vague de génération spontanée jusqu’ici, l’opérateur Telus a changé la donne le mois dernier en renommant 4G son réseau 3G+un changement de nom apporté par Bell également par la suite.

Notons que Vidéotron testerait présentement une nouvelle technologie HSPA+ à double canaux, qui devrait faire passer la vitesse de son réseau de 21 Mbit/s à 42 Mbit/s. Une première clé Internet pouvant atteindre ces vitesses devrait être lancée ce printemps.

Vidéotron au Saguenay et à Gatineau
En plus de cette nouvelle nomenclature, Vidéotron a annoncé dans son communiqué que la compagnie allait lancer son réseau dans deux nouveaux marchés, à Saguenay en avril et à Gatineau à la fin mai.

Vidéotron lancera également le Nexus S au Québec

publié le 10 mars 2011 à 08:47 par lebonforfait .com   [ mis à jour : 23 oct. 2011 à 15:53 ]

Confirmé: Vidéotron lancera également le Nexus S au Québec

Publié par Maxime Johnson le 8 mars 2011

Le Financial Post en avait glissé mot dans son édition d’hier, mais j’ai obtenu un peu plus tôt aujourd’hui la confirmation de Samsung que l’opérateur Vidéotron lancera bel et bien le téléphone Android Nexus S, un appareil équipé d’Android Gingerbread, et dont Google devrait se charger des futures mises à jour.

La nouvelle devrait réjouir ceux qui lorgnaient du côté de la filière de Québécor, mais qui n’étaient pas vraiment enclins à s’équiper d’un Nexus One, le téléphone Android haut de gamme chez Vidéotron qui commence à se faire plutôt vieillissant.

Vidéotron offrira évidemment la version AWS du Nexus S, celle qui fonctionne sur son réseau 3G. Les autres principaux opérateurs en activité au Québec, Rogers, Telus et Bell, l’offriront toutefois également sur leur réseau. Dans tous les cas, le Nexus S sera débloqué et ce sera Google qui devrait s’occuper des mises à jour, selon ce que m’a confirmé Samsung.

Rappelons que Vidéotron avait frustré plusieurs de ses abonnés à l’automne dernier en retardant la publication d’une mise à jour de Google pour son Nexus One.

Aucune date de lancement n’a été confirmée, mais le Nexus S devrait être disponible sur le réseau de Telus pendant le mois d’avril, et il ne faudrait pas s’étonner si les autres opérateurs l’offraient sensiblement en même temps.

Caractéristiques du Nexus S
Le Nexus S est quand même un bon téléphone, avec un écran Super AMOLED de 4 pouces, un processeur Hummingbird de 1 GHz avec graphiques PowerVR SGX 540, 512 Mo de RAM, une capacité interne de 16 Go, une pile de 1500 mAh et deux appareils photo numériques (5 mégapixels à l’arrière, résolution VGA à l’avant).

Même si le Nexus S est loin d’être l’appareil le plus puissant sur le marché (un titre détenu pour le moment par le Motorola Atrix, et qui devrait bientôt être partagé également par les Samsung Galaxy S2 et les LG Optimus 2X), celui-ci offre plusieurs avantages à long terme, notamment une puce NFC (Near Field Communication, une technologie qui devrait gagner en popularité, notamment pour le paiement dans les boutiques avec son téléphone) et les mises à jour de Google.

En effet, ces mises à jour par Google directement assurent que l’appareil pourra profiter des prochaines versions d’Android (2.4, etc.) à mesure qu’elles sont lancées par le géant de Mountain View.

Le prix du Nexus S n’a pas encore été annoncé.

Bell gonflait le trafic de données à son avantage

publié le 10 mars 2011 à 08:42 par lebonforfait .com   [ mis à jour : 10 mars 2011 à 09:02 ]

Bell gonflait le trafic de données à son avantage

9 février 2011 | 16h59 - Argent
Jean-François Cloutier

Argent

Alors que le CRTC annonçait récemment son intention de permettre aux grands fournisseurs d’accès à internet de facturer leurs services au détail, le géant BCE vient de mettre hors-service un logiciel de calcul de données qui l’avantageait indûment.

 Photo : Reuters

C’est ce qu’a reconnu la porte-parole de BCE, Marie-Ève Francoeur. Le logiciel, fourni à Bell par un sous-traitant, a été désactivé pour un examen plus complet. Mme Francoeur a toutefois tenu à minimiser la portée des problèmes, précisant qu’ils avaient affecté seulement un dizième d’un pour cent des clients de Bell.

Certains utilisateurs de Bell se sont plaints de ce que le calculateur d’utilisation de bande passante de l’entreprise, qui est censé leur permettre de ne pas excéder leur limite mensuelle de téléchargement et de devoir subir des charges additionnelles salées allant jusqu’à 2,50$ par gigabyte, enregistrait de mauvais résultats, lesquels étaient à l’avantage de Bell.

Le logiciel indiquait qu’ils avaient excédé leur limite d’utilisation, alors qu’ils n’avaient pourtant pas téléchargé la limite permise de documents.

Cette nouvelle survient à un bien mauvais moment pour Bell.

Ce sont en effet les grandes compagnies de télécommunications qui se plaignent des accès illimités. Elles soutiennent que certains accaparent les bandes passantes sans payer davantage que les autres usagers.

À la demande de géants des télécommunications, le CRTC désire empêcher les petits fournisseurs d’offrir des forfaits avec un accès illimité.

Une telle interdiction sème la grogne chez ces fournisseurs, chez les PME qui profitent beaucoup de ces forfaits, ainsi que de certains particuliers qui se servent beaucoup d'Internet.

Le gouvernement conservateur est prêt à casser la décision du CRTC qui force les fournisseurs d'accès à Internet à facturer leurs clients en fonction de leur utilisation.

1-10 of 11